PAC

Version 2 (11.1.2004) / BPUN / M. Schmidt

 

 

Table des matières

 

1.  Le projet PAC de l'IFLA et sa concrétisation chez RERO.. 1

1.1.  Introduction. 1

1.2.  PAC, c'est quoi ?. 2

1.3.  Le programme PAC de la BCU de Lausanne. 2

1.4.  Du programme PAC lausannois au projet de RERO.. 2

1.5.  Saisie et exploitation des informations PAC.. 2

1.5 a.  Le code PAC est saisi dans la notice d'exemplaire. 2

1.5 b.  Des informations supplémentaires sont saisies dans le champ 983. 2

2.  Le projet PAC du RCBN/RBNJ. 2

2.1  Elaboration et mise en application du projet PAC.. 2

2.2  Application des niveaux PAC dans les bibliothèques du RBNJ. 2

2.3  Qui attribue les niveaux de conservation et les qualificatifs en 983 ?. 2

2.3  OPAC.. 2

3.  Pour en savoir plus. 2

Annexe 1: RBNJ : Système des niveaux de conservation. 2

Annexe 2: RERO : Codes de sous-champs dans la zone 983 du CL. 2

 

1.  Le projet PAC de l'IFLA et sa concrétisation chez RERO

 

 

1.1.  Introduction

 

Avec l'introduction de la version actuelle de Virtua (42.4) en été 2003, vous avez découvert une nouveauté dans la notice d'exemplaire, le code PAC:

 

                       

 

 

Mais jusqu'à la fin de l'année, ces nouveaux champs n'étaient pas utilisés par les bibliothèques du RBNJ.

 

Dès le début de l'année 2004, cette situation change puisque la BV de La Chaux-de-Fonds et la BPUN de Neuchâtel vont désormais participer au projet PAC de RERO. Par la suite, d'autres bibliothèques du RBNJ vont certainement leur emboîter le pas.

 

En plus de ces nouveaux codes dans la notice d'exemplaire, un nouveau champ fera son apparition dans le catalogue local: le champ 983. Il faut donc que tous les bibliothécaires de RERO/RBNJ, et notamment les catalogueurs, soient au courant de ces innovations, même s'ils ne sont pas ou pas encore appelés à participer activement au projet PAC.

 

1.2.  PAC, c'est quoi ?

 

Le sigle signifie en anglais "Preservation And Conservation", normalement traduit par "Préservation et conservation".

Il s'agit d'un grand projet lancé en 1986 par l'IFLA. Le but de ce programme est de garantir la survie des documents à long terme, condition fondamentale pour permettre à chacun d'accéder à l'information.[1]

 

Les 5 buts du projet PAC de l'IFLA

Exemples d'actions concrètes

1.

Développer et réorganiser le réseau existant des professionnels de la conservation

1.

Définir les domaines d'excellence des centres PAC régionaux.[2] Chaque centre collaborera aux International Preservation News et développera la recherche dans son domaine d'excellence

 

2.

Promouvoir la prise de conscience pour les consignes concernant la conservation, former le personnel scientifique et technique, produire et diffuser l'information pertinente, encourager tout le monde à respecter l'héritage documentaire

1.

 

 

2.

 

 

3.

Publication des International preservation news et de la collection International preservation issues.

Promouvoir l'établissement de plans catastrophes dans les bibliothèques nationales [3]

Encourager les membres des Nations Unies à signer la Convention de La Haye et les protocoles annexes concernant la préservation du patrimoine culturel lors de conflits armés ou de catastrophes naturelles

 

3.

Etablir les besoins en mesures de conservation à l'aide d'expertises et promouvoir la création de normes nationales et internationales, de directives et de méthodes de travail optimales

1.

 

2.

 

 

3.

Etablir des recommandations pour la digitalisation

Faire l'inventaire des normes, recommanda-tions et méthodes de travail existantes dans le domaine de la conservation

Etablir la traduction française des IFLA Principles on the Care an Handling of Library Materials (Paris : IFLA, 1998,

72 p.) [4]

4.

Encourager la recherche sur les causes de la détérioration de toutes sortes de documents d'archives, y compris des documents digitaux, et promouvoir le transfert sur des supports de substitution comme une des options de conservation

 

1.

 

2.

 

3.

Promouvoir l'utilisation de papier non acide et durable

Etablir des recommandations pour la digita-lisation (cf. plus haut)

Organiser des ateliers sur le microfilmage

5.

Développer un plan d'action coordonné avec des institutions, organisations gouvernemen-tales et non gouvernementales et avec les professionnels de la documentation qui se sentent concernés par la préservation du patrimoine documentaire

1.

 

 

2.

 

 

3.

Organiser un atelier dans le cadre du programme "Mémoire du Monde" de l'UNESCO

Développer et mettre à jour le site web du Comité international du Bouclier Bleu [5] en coopération avec l'UNESCO

Promouvoir la création de comités nationaux du Bouclier Bleu

 

 

 

Il s'agit donc d'assurer la survie durable des informations stockées sur n'importe quelle support (tablettes d'argile, parchemin, papiers à la cuve, papiers acides à la pâte de bois, supports photographiques, informatiques, etc., etc.).

 

Pour atteindre ce but, il faut connaître les raisons de la détérioration des différents types de documents; ensuite trouver les méthodes pour minimiser les influences nuisibles pour mettre les documents hors danger ("préserver") et prendre des mesures pour prolonger la vie des documents ("conserver") ou pour remettre les documents dans un état qui leur garantit une survie tout en permettant leur consultation ("restaurer" et/ou créer des documents de substitution).

 

Exemples:

 

- Mesures préventives:        - maintenir une hygrométrie adaptée dans les magasins

                                               - exclure du prêt à domicile, consultation dans des conditions

                                                 contrôlées

                                               - établir des microfilms pour la consultation

  (par ex. L'Express et L'Impartial)

- Mesures de conservation:            - relier le document (ou acheter une édition reliée ...)

                                               - (faire) réparer de petits dégâts (par ex. déchirures)

- Mesures de restauration:  - restauration "conventionnelle" d'un document

                                               - désacidification de documents conservés sur papier acide

  (se pratique en Suisse déjà pour la BNS et Archives fédérales
              mais d'autres institutions peuvent également faire traiter leurs

  documents dans ces installations)

 

De nouveaux défis sont lancés aux bibliothécaires et archivistes avec les documents électroniques puisque la durée de vie des supports et de la technologie permettant leur lecture est particulièrement courte (cas extrême: les pages web). En Suisse, la possibilité de conserver ces données est notamment étudiée par la BN.

 

1.3.  Le programme PAC de la BCU de Lausanne

 

La conservation à long terme coûte cher: les besoins en place, en personnel, en moyens pour les interventions de conservation et de restaurations sont en constante croissance et grèvent de manière importante les budgets des institutions.

 

Partant de ce constat, mais aussi plus concrètement pour pouvoir gérer de manière rationnelle le "désherbage" qui devenait nécessaire au libre accès de la BCU de Dorigny, les collègues lausannois ont cherché, il y a une douzaine d'années déjà, un nouveau concept de la conservation: "Rompant avec la pratique établie qui voulait que tout livre qui entre dans la bibliothèque soit traité de la même manière que tous les autres, nous avons subdivisé nos collections en plusieurs ensembles, allant des ouvrages que nous voulons conserver "pour l'éternité" à ceux que nous pouvons – ou devons – éliminer sans scrupule, en passant par ceux qui ne sont destinées qu'à un usage limité dans le temps. ... la répartition de l'ensemble de nos fonds en catégories définies par les codes de niveaux nous permet ainsi de cibler nos interventions, d'établir des priorités de traitement, de préciser ce que l'on veut absolument sauver au détriment des ouvrages qu'il n'est pas dans notre mission de conserver à très long terme." [6]

 

C'est ainsi qu'a été développé le plan PAC de la BCU de Lausanne qui attribue chaque document à un des cinq niveaux de conservation suivants:

 

 

 Niveau 0 :

 

Conservation "pour l'éternité": collection "gelée"

Consultation: aucune; les originaux de ces documents ne sont pas communiqués aux utilisateurs

 

 Niveau 1 :

Conservation à long terme: réserve

 

 Niveau 2 :

Conservation à moyen terme: consommation contrôlée

 

 Niveau 3

Conservation à court terme: consommation courante

 

 Niveau 4 :

Aucune conservation: à terme, élimination (destruction ou réorientation)

 

 

A chacun de ces niveaux correspond une série de règles de conservation concrètes concernant:

·        l'équipement (par ex.: avec ou sans étiquette de code à barres ou d'antivol autocollante?)

·        les conditions de stockage (par ex.: magasin à hygrométrie contrôlée ou libre accès ?)

·        les possibilités de consultation (par ex.: prêt à domicile ou consultation sur place ?) et de reproduction (par ex. possible de photocopier ou pas)

·        les interventions de conservation ou de restauration (par ex.: désacidifier, etc.).

 


L'application des niveaux est "dynamique": un document peut se voir "déclassé", par exemple suite à l'acquisition d'un exemplaire identique mais en meilleur état, mais il peut aussi "monter en grade", par exemple parce que le document s'avère être un document de référence irremplaçable ou parce qu'on découvre que son auteur relève du patrimoine cantonal..

 

 

1.4.  Du programme PAC lausannois au projet de RERO

 

Appliquer une politique de conservation cohérente dans une bibliothèque est bien, la partager avec d'autres bibliothèques d'un réseau est mieux puisqu'on peut ainsi multiplier les effets bénéfiques. Par exemple, lorsqu'on sait qu'un document est conservé "pour l'éternité" dans une bibliothèque, les autres peuvent avec bonne conscience lui attribuer une niveau de conservation inférieur. Et lorsqu'une institution signale aux partenaires qu'elle a restauré à grands frais un ouvrage, les autres possesseurs de ce même document pourront peut-être se contenter de mesures de conservation bien plus simples.

 

La collaboration entre les bibliothèques franchit donc un nouveau pas: après le prêt-inter, après le projet des acquisitions complémentaires selon un plan de "pôles d'excellence" (jamais réalisé en Suisse[7]), après le catalogage partagé et après l'ouverture du prêt aux utilisateurs des autres bibliothèques (Bibliopass), voici donc l'idée d'une conservation concertée au sein de RERO.

 

Sur mandat du CD-ROM, un groupe de travail réunissant des représentants des sites et de nombreuses bibliothèques de conservation s'est réuni à maintes reprises dès printemps 1999 pour étudier la possibilité d'élargir la solution lausannoise à tout le Réseau romand.

 

Les institutions représentées ont été invitées à élaborer à leur tour des plans de conservation. Comme des milliers de documents lausannois étaient déjà dotés de codes de conservation, il était impossible de modifier ce plan-type de fond en comble. Les plans "cantonaux" ont donc en principe repris tels quels les 5 niveaux de conservation, parfois avec de légères variantes soit dans les mesures correspondant à chaque niveau, soit simplement dans la terminologie.

 

L'avantage de ce consensus est de taille: il sera ainsi possible de prendre des décisions en tenant compte du sort réservé aux autres exemplaires du même document conservés dans une autre bibliothèque RERO. Ainsi, on pourra concentrer les mesures de conservation et/ou de restauration sur les documents qui font la spécificité de chaque institution et on pourra aussi éviter que tous les exemplaires d'un document soient éliminés de RERO.

 

 

1.5.  Saisie et exploitation des informations PAC

 

Le groupe de travail a aussi veillé à l'adaptation de Virtua aux besoins du projet PAC (adaptation de la grille de saisie des exemplaires, introduction d'un nouveau champ 983 dans le format RERO et indexation de ce champ).

 

1.5 a.  Le code PAC est saisi dans la notice d'exemplaire

 

Par défaut, la grille contient déjà le niveau 3: "Conservation à court terme: consommation courante". Pour la plupart des catalogueurs, c'est ce niveau qui sera, et de loin, le niveau le plus courant. Lorsqu'on catalogue un document courant, non précieux, non patrimonial et dont l'utilité n'est pas manifestement éphémère, il n'y aura donc rien à saisir dans la notice d'exemplaire. Sinon, il faudra sélectionner le niveau approprié.

 

 

 

 

Affichage dans l'OPAC

 

 

 

Attention: les niveaux saisis dans la notice d'exemplaire ne sont pas directement exploitables: si on souhaite dresser à tout moment des listes des documents ayant les mêmes niveau de conservation ou les mêmes caractéristiques PAC, il faut en plus de l'encodage dans la notice d'exemplaire ajouter un champ 983.

La saisie du code PAC dans la notice d'exemplaire ne sert qu'à afficher le code dans l'accès public (OPAC).

 

 

1.5 b.  Des informations supplémentaires sont saisies dans le champ 983

 

Comme la valeur saisie dans la notice d'exemplaire n'est pas directement exploitable, il faut la saisir dans le champ 983.

 

Ce champ permet aussi d'encoder, lorsqu'on le souhaite:

- les dégâts constatés sur l'exemplaire

- les mesures à prendre et les méthodes à appliquer

- les délais d'intervention

- etc.

 

Format du champ:

 

Le champ 983 est répétitif s'utilise sans indicateurs. Il se compose des sous-champs suivants (à utiliser dans cet ordre !): 

 

$5       localisation (sous la forme des localisations du catalogue collectif) et cote

(obligatoire, non répétitive)

$z       code PAC (obligatoire, non répétitive)

$l *      état du document (obligatoire, répétitive)

$a       action à faire, remplacé quand il convient par Action faite (obligatoire si

applicable, non répétitive)

$i *      moyens d'action (obligatoire si applicable, répétitive)

$c *     délai d’intervention remplacé quand il convient par Date d’intervention

(obligatoire si applicable, répétitive)

$x *     notes (obligatoire si applicable, répétitive)

 

Les sous-champs avec astérisque sont répétitifs.

 

 

Exemples: (repris du Manuel RERO en ligne):

983 __ $5 labcud TVA 34520 $z 3

983 __ $5 labcur RAA 8578 $z 2 $l piqué $a remplacer $i antiquariat

983 __ $5 labcur RAA 8578 $z 2 $l piqué $a remplacer $i antiquariat $c 20041231

 

Un exemple complet:

035       $a 0000159 

039       $b 8011c 

039  9   $a 200212111406 $b 8213 $c 200211240002 $d VLOAD $y 200208011717 

 $z load 

040       $a RERO $b fre 

049       $a ge 

072  7   $a s1fr $2 rero 

100 1    $a Ramuz, Charles Ferdinand 

245 10  $a Aline : $b histoire / $c par C.F. Ramuz ; [avec illustr. de Maurice Barraud] 

260       $a Genève : $b A. Kundig, $c 1934 

300       $a 135 p. : $b ill. ; $c 22 cm 

700 1    $a Barraud, Maurice $e Ill. 

980 1    $2 don-bcu $a 51333 

980 1    $2 don-bcu $a 51558 

983      $5 labcud BZ 187 $z 1 

983      $5 labcud NA 2564 $z 1 

983      $5 labcur NA 2564+3 $z 2 

990 00  $a BZ 187 $x la/bcu-/w 

990 00  $a NA 2564 $x la/bcu-/w 

990 00  $a NA 2564+1 $x la/bcu-/w 

990       $a NA 2564+2 $x la/bcu-/d/51333 

990       $a NA 2564+3 $x la/bcur/d/51558 

 

 

 

N.B.: - pour être correctement exploitable, un champ 983 doit contenir au

              minimum les sous-champs suivants:

            - $5 :   localisation et cote

                        - $z :  code PAC

 

             - Bien entendu, il est inutile de saisir un champ 983 pour les

               documents du niveau PAC 3, c'est-à-dire pour les documents de

               "consommation courante". En d'autres termes, un 983 ne sera créé

               que pour les niveaux 0, 1, 2 et (éventuellement) 4.

 

 

 

Grâce aux informations contenues dans ce champ, il sera par exemple possible de sélectionner pour chaque "bibliothèque" ("nebpun", "necfbv") les documents appartenant à un niveau de conservation x et/ou ayant le même type de dégât et/ou nécessitant le même genre d'intervention, etc.

 

Bien entendu de telles sélections ne donneront un résultat fiable qu'à condition que le vocabulaire utilisé dans les sous-champs soit cohérent au moins au niveau de la même institution. En plus, ces sélections n'auront un sens qu'à partir du moment où un nombre important de documents auront été encodés de cette manière. En fait, les fruits de cet encodage ne pourront être recueillis qu'après un certain nombre d'années.

Une liste de termes recommandés figure en annexe 2; elle est aussi consultable sur RERO sous: Documentation – Thèmes – PAC.

 

Indexation

Les sous-champs sont indexés et donc accessibles par une recherche booléenne. L'index "mot-clé" spécifique de recherche est "PAC"

 

 


                       

 

 

2.  Le projet PAC du RCBN/RBNJ

 

 

2.1  Elaboration et mise en application du projet PAC

 

La BPUN et les bibliothèques de l'Université de Neuchâtel ainsi que la BV de La Chaux-de-Fonds étaient représentées dans les groupe de travail de RERO. Elles ont élaboré un plan PAC commun (RBNJ, Groupe PAC: Système des niveaux de conservation RERO, 2003, voir l'annexe) qui est mis en application dès janvier 2004 à la BV et la BPUN. D'autres bibliothèques pourront par la suite introduire les mêmes niveaux.

 

Les niveaux de conservation du RBNJ ne se distinguent que par un point majeur de ceux de Lausanne: au lieu de cinq niveaux, il n'y en a pratiquement que quatre: en fait, le niveau 0, correspondant à une conservation pour l'éternité et à une collection "gelée" sans aucune consultation, ne sera appliqué que tout à fait exceptionnellement. [8]

 

Comme à Lausanne, le niveau de conservation d'un exemplaire peut évoluer dans le temps. Ainsi, un exemplaire initialement classée au niveau 1 peut être déclassé en 3 ou en 4 s'il est remplacé par un meilleur exemplaire (qui sera conservé à long terme). D'autre part, un document initialement classé, par exemple, en niveau 3, peut devenir un document de niveau 2 ou 1 s'il s'avère qu'il s'agit d'un document de référence important ou d'un document essentiel pour les fonds patrimoniaux.[9]

 

En ce qui concerne les détails des normes de conservation correspondant aux niveaux 1-4, voir le document en annexe.

Pour le moment, ce système de niveaux de conservation ne s'applique qu'aux monographies; des règles spécifiques pour les périodiques (et pour d'autres supports) seront élaborés ultérieurement.

 

 

2.2  Application des niveaux PAC dans les bibliothèques du RBNJ

 

En principe, chaque institution est parfaitement libre de décider si oui ou non elle veut participer à ce projet.

La solution recommandée pour les bibliothèques qui ne participent pas (encore) au projet PAC est de laisser tel quel le code 3 dans la notice d'exemplaire.

 

 

2.3  Qui attribue les niveaux de conservation et les qualificatifs en 983 ?

 

Techniquement, toute personne disposant d'un accès professionnel de catalogueur peut le faire. A chaque institution de décider si cette tâche sera confiée à une seule ou plusieurs personnes.

 

 

2.3  OPAC

 

Contrairement à Lausanne, nous avons décidé, pour le moment, de ne pas afficher le niveau de conservation dans l'accès public (OPAC). Si le besoin s'en fait sentir par la suite, on pourra modifier notre politique.

 

 

3.  Pour en savoir plus

 

 

Quelques références:

 

·        les sites de l'IFLA: (en anglais): http://www.ifla.org/VI/4/pac.htm

·        et de la BnF, Paris: http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/infopro.htm  (descendre à la fin de la page, puis cliquer dans la rubrique "Services et informations bibliothéconomiques" sur "Conservation"; dans la table des matières, choisir "Programme international PAC/IFLA".

·        CD:  Safeguarding our documentary heritage = Conservation préventive du patrimoine documentaire / Anne Delvallée, François Galard, réal. ; Astrid Brandt-Grau, coord. scient. ; Martine Tayeb, sites internet ; Winston Roberts, trad. - Paris : UNESCO : IFLA-PAC [prod.], cop. 2000. - CD-ROM ; 12 cm 
Réalisé à la demande de l'UNESCO à partir de la brochure Sauvegarde du patrimoine documentaire : guide des normes, pratiques recommandées et ouvrages de référence concernant la conservation des documents de toute nature, dans le cadre du programme "Mémoire du monde" éd. par George Boston.
Ce CD peut également être consulté sur le site de la BnF:

 

 

·        International preservation news : a newsletter of the IFLA Programme on Preservation and Conservation = Internationale Nachrichten der Konservierung = Les Nouvelles internationales de préservation. - Washington DC : The Library of Congress, 1987->

·        International preservation issues. -  Paris : $b IFLA-PAC

 

 


 

 

Annexe 1: RBNJ : Système des niveaux de conservation

 

RBNJ

Réseau des bibliothèques neuchâteloises et jurassiennes

 

Groupe PAC

 

 

 

PRESERVATION

ET
CONSERVATION SELECTIVE

DES COLLECTIONS

 

 

 

SYSTEME DES NIVEAUX DE CONSERVATION RERO

 

(Version 1)

 

 

La Chaux-de-Fonds - Neuchâtel

2003


 

 

Monographies

 

 

Niveau 0

Conservation pour l’éternité

 

 

Pas utilisé dans le RBNJ

 

 

 

Niveau 1

Conservation à long terme - Fonds précieux

 

 

Equipement

            Etiquette de papier neutre

            Colle de conservation

            Pas de système antivol

            Pas de codes-à-barres

            Tampon humide ou à sec (à étudier encore)

 

Reliure

            Conservation dans la reliure d’origine

            Reliure de conservation si nécessaire à la survie de l’exemplaire

 

Local

Locaux adaptés à une conservation à long terme (si possible avec température, humidité et air contrôlés)

 

Prêt

            Prêt à domicile exclu, consultation sur place en salle spéciale.

 

Prêt entre bibliothèques

            Exceptionnel (par exemple, exposition). Sur autorisation de la direction.

 

Copie de substitution

            Copies microformées pour consultation des exemplaires trop précieux

 

Reproduction

Pas de photocopies par les usagers. Reproduction à partir des copies de substitution ou des autres exemplaires (par le personnel). Sinon, photocopies éventuelles par le personnel.

 

Mesures de restauration

            Désacidification systématique de ce qui doit l’être

            Traitement optimal en cas de nécessité

 

Contenu

            Les ouvrages anciens jusqu’en 1900

            Les livres précieux dès 1901 selon :

                        - la valeur marchande

                        - les tirages de tête

                        - les petits tirages numérotés

                        - les reliures d’art

                        - les illustrations

                        - la provenance

                        - l’intérêt bibliophile

                        - édition originale

                        - dédicace

                        - etc.

 

Les Neocomensia jusqu’en 1900 et le premier ou le seul exemplaire des Neocomensia post-1900.

 


 

 

 

Monographies

 

 

Niveau 2

Conservation à moyen terme

 

 

Equipement

            Etiquette ordinaire

            Colle de conservation si possible

            Système antivol si nécessaire

            Pas de codes-à-barres

            Tampon humide ou à sec (à étudier encore)

 

Reliure

            Conservation dans la reliure d’origine

            Reliure de conservation si nécessaire à la survie de l’exemplaire

 

Local

            Magasins ordinaires et libre-accès (si possible loin des sources de lumière)

 

Prêt

Prêt possible, consultation en salle spéciale pour raisons techniques (format, planches...)

 

Prêt entre bibliothèques

            Examiner l’état de l’ouvrage. Selon les règles habituelles

 

Reproduction

            Photocopies autorisées si possible sur des machines qui préservent les reliures

 

Mesures de restauration

            Eventuellement désacidifier ces ouvrages pour prolonger leur vie au maximum.

 

 

Contenu

            Certains fonds spéciaux prêtables

            Ouvrages de valeur particulière qui demandent une mesure préventive de conservation

            Outils de travail

                        - dictionnaires irremplaçables

                        - publications de sources

                        - éditions de références

                        - ouvrages de base

                        - bibliographies non renouvelées

            Ouvrages concernant un centre de gravité traditionnel de la bibliothèque


 

 

Monographies

 

 

Niveau 3

Usage courant

 

 

Equipement

            Etiquette ordinaire

            Colle réversible

            Système antivol si nécessaire

            Codes-à-barres

            Tampon humide

 

Reliure

            Ordinaire ou économique

 

Local

            Magasin ordinaire ou libre-accès

 

Prêt

Prêt possible, consultation en salle spéciales pour raisons techniques (format, planches...)

 

Prêt entre bibliothèques

            Selon les règles habituelles

 

Reproduction

Photocopies autorisées si possible sur des machines qui préservent les reliures

 

Contenu

Niveau par défaut. Tous les ouvrages d’usage courant qui ne présentent pas de particularités telles qu’ils pourraient entrer dans les niveaux 1 et 2.

 


 

 

Monographies

 

 

Niveau 4

Elimination à examiner

 

 

Equipement

            Courant

 

Reliure

            Pas de reliure

 

Local

            Magasins ordinaires

 

Prêt

            Selon les règles habituelles

 

Prêt entre bibliothèques

            Selon les règles habituelles

 

Reproduction

            Pas de restriction

 

Passage

            Elimination (pilon, don) après vérification de la disponibilité de l’ouvrage à Neuchâtel       et en Suisse

 

Contenu

·        Usuels en exemplaires multiples

·        Usuels dont la mise à jour est régulière

·        Livres dont le contenu est dépassé définitivement (par exemple, manuels de logiciels)

·        Littérature populaire, documentaires dont le contenu est dépassé

 

 

En 1999, le CDROM a créé un groupe RERO-PAC (Preservation and Conservation) pour élargir l’expérience lausannoise de conservation sélective au sein du réseau romand. Les règles ci-dessus qui s’inspirent largement de celles appliquées depuis quelques années par la BCU de Lausanne ont été élaborées par le groupe PAC du RCBN (devenu RBNJ), composé de :

Sylvie Béguelin, Bibliothèque de la Ville de la Chaux-de-Fonds, 032 967 68 37 (Sylvie.Beguelin@ne.ch)

Georges Boss, Bibliothèque de la Faculté des Sciences de l’Université de Neuchâtel,

032 718 21 15 (Georges.Boss@unine.ch)

Michael Schmidt, Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, 032 717 73 45 (Michael.Schmidt@unine.ch)

Maryse Schmidt-Surdez, Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, 032 717 73 06 (Maryse.Schmidt-Surdez@unine.ch)


 

Annexe 2: RERO : Codes de sous-champs dans la zone 983 du CL

 

 

CODES DE SOUS-CHAMPS DANS LA ZONE 983 DU CATALOGUE LOCAL

USAGE A LA BCU LAUSANNE 1999-2002,

REVU PAR LE GROUPE PAC RERO AVRIL 2003


1. Format et champs particuliers

Les sous-champs utilisés sont les suivants (utilisés dans cet ordre) :
$5, $z, $l, $a, $i, $c, $x.

Les $l, $i, $c et $x sont répétitifs.

Au départ, on a utilisé dans les sous-champs $l, $a et $i (parfois en les adaptant) certains des codes proposés comme terminologie standard pour le champ 583 USMARC dans un document provisoire de 1996 de la Library of Congress. Ce document n’a jamais été validé. L’usage adopté par les utilisateurs USMARC américains et par la Bibliothèque nationale suisse est celui de mots entiers et significatifs.

Le Groupe PAC RERO décide d’abandonner les codes à une ou deux lettres et de les remplacer par des mots. Une première liste se trouve ci-dessous. Si certains termes qui n’y figurent pas se révèlent nécessaires, ils seront soumis au Groupe PAC RERO pour adoption.
 

2. Recherche booléenne

Tous les sous-champs sont indexés pour la recherche en booléen. Le « keyword » spécifique de recherche est « pac »

Pour améliorer la recherche booléenne, tous les termes sont collés en un seul mot
 

3. Organisation des sous-champs
 

$5   Identification du document

Sigle de la bibliothèque suivi de la cote

983 __ $5 labcur RAA 8578


$z   Code PAC

Chiffres utilisés : de 0 à 4

983 __ $5 labcur  RAA 8578 $z 2

$l    Etat du document

983 __ $5 labcur  RAA 8578 $z 2 $l piqué

 

TERME RERO

CONCERNE

 

 

incomplet

on précise en note ce qui manque : pages tant à tant, couverture, planches, etc.

textemutilé

pour les textes soulignés, stabilobossés, annotés, etc...

papierfragilisé

papier fragile ou friable

papieracide

papier acide

papieralcalin

pour le papier longue durée proposé par l'éditeur

taché

document taché

dégâtsanimaux

trous de vers, dégâts d'insectes, rongé par un chien

piqué

ouvrage piqué

reliureéditeur

reliure d'éditeur

reliureabîmée

reliure abîmée

reliureinadaptée

brochures cartonnées, agrafées...

moisissure

moisissure

dégâtseau

dégâts d'eau

dégâtslumière

dégâts du à la lumière

délabré

livre délabré en général (évite de multiplier les $l) 

dégâtsdos

dégâts au dos, coiffre abîmée

déboîté

volume déboîté

morsfendu

mors fendus

débroché

feuilles décousues ou débrochées

plié

en particulier pour les cartes

toilé

en particulier pour les cartes

roulé

en particulier pour les cartes

 

$a   Action à faire, remplacé quand il convient par Action faite

983__ labcur  RAA 8578 $z 2 $l piqué $a remplacer

 

TERME RERO

POUR

Actions à faire

 

restaurer

à restaurer

déacidifier

à déacidifier en masse

statusquo

à garder en l'état

analyser

cas à analyser

réparer

à réparer

copier

copie de sauvegarde/substitution à faire

relier

à relier

remplacer

à remplacer

protéger

à recouvrir ou mettre dans une protection

Actions faites

 

restauré

restauré

dea

déacidifié en masse (on garde ce code, adopté par Berne dans sa zone 583 $a)

protégé

recouvert ou mis dans une protection

réparé

réparé

relié

relié

copié

copie de sauvegarde et/ou de substitution faite

remplacé

remplacé

 

$i   Moyens d’action

983 __ labcur  RAA 8578 $z 2 $l piqué $a remplacer $i antiquariat

 

TERME RERO

POUR

copiepapier

copie papier

photocopie

photocopie

microfiche

microfiche

microfilm

microfilm

numérisation

disque optique

cédérom

cédérom

web

document web

reliure1

reliure ou réparation de qualité pour niveau 1

reliure2

reliure ou réparation de qualité pour niveau 2

reliure3

reliure ou réparation de qualité pour niveau 3

reliureéco

reliure économique, lumbek

restauration

restauration

boîte

boîte

enveloppe

enveloppe

déacidificationmasse

déacidification de masse

déacidificationindividuelle

déacidification non aqueuse

lavagepapier

lavage du papier

réencollage

réencollage

nettoyageasec

nettoayage à sec

nettoyagevapeur

nettoyage à la vapeur

antiquariat

antiquariat

don

don

 

$c   Délai d’intervention remplacé quand il convient par Date d’intervention

Sur 8 positions, encodée sous forme « yyyymmdd », soit année,mois,jour

983 __ $5 labcur  RAA 8578 $z 2 $l piqué $a remplacer $i antiquariat $c 20041231


$x   Notes

Notes concernant une action ou un exemplaire

  mise à jour : 18 novembre 2003



[1] Pour plus d'informations (en anglais): http://www.ifla.org/VI/4/pac.htm et (en français): http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/infopro.htm  (descendre à la fin de la page, puis cliquer dans la rubrique "Services et informations bibliothéconomiques" sur "Conservation"; dans la table des matières, choisir "Programme international PAC/IFLA".

Sur ce site, on présente notamment les Objectifs du PAC

"Le PAC a un objectif essentiel : s'assurer que les documents de bibliothèques, publiés ou non, quel que soit leur support, seront conservés et accessibles le plus longtemps possible.

Cet objectif recouvre plusieurs activités, parmi lesquelles :

-          sensibilisation à la conservation du patrimoine documentaire,

-          formation des personnels à tous les niveaux de responsabilité,

-          encouragement à la recherche scientifique et technique,

-          promotion des normes nationales et internationales,

-          publication et diffusion de l'information."

[2] Il y en a six: LoC Washington (Etats-Unis et Canada), BN Caracas (Amérique latine et Caraïbes), Bibl. de l'Assemblée nationale Tokyo (Asie Centrale et Orientale), BN Canberra (Asie du Sud-Ouest et Océanie), Bibl. de la littérature étrangère Moscou (Europe de l'Est), BnF Paris (Europe de l'Ouest, Afrique et Moyen Orient). Le siège central se trouve également à Paris.

[3] En 2003, la première version d'un plan catastrophe pour la BPUN a été élaboré par M. Gobat (d'après le modèle de celui de la BNS Berne)

[4] Pour la version française, voir la référence à la p. 12

[5]

Le Bouclier Bleu est l'équivalent de la Croix Rouge pour le domaine culturel. C'est le symbole choisi par la Convention de La Haye (1954) pour marquer les sites culturels à protéger en cas de conflit armé. C'est également le nom d'un comité international créé en 1996 pour protéger le patrimoine culturel mondial en cas de guerre ou de catastrophe naturelle.

 

[6] Cf. Hubert Villard, "Un plan de conservation : mise en oeuvre à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne", in: Bulletin des bibliothèques de France, t. 46 (2001), no 6, p. 95 s.

[7] Malgré de longues tractations, cette répartition des domaines entre bibliothèques cantonales et universitaires n'a jamais vraiment été réalisée - mais on en trouve un exemple dans le canton de Neuchâtel: en effet, la loi cantonale sur les bibliothèques confie certaines tâches à la BV de La Chaux-de-Fonds (le DAV), d'autres à la BPUN. Ces bibliothèques sont donc partiellement complémentaires tant pour l'acquisition que pour la conservation des fonds patrimoniaux.

[8] Un exemple: les exemplaires "déreliés" de L'Express. On donne en consultation l'exemplaire de substitution sur microfilms.

[9] Du point de vue des mesures de conservation, le déclassement d'un document ne pose en principe pas de problèmes. Par contre, un document courant qui est classé dans un niveau plus "durable" risque de ne plus correspondre intégralement aux exigences de son nouveau statut, par exemple, parce qu'il porte déjà un code à barres et une étiquette antivol autocollants. Normalement, on devrait essayer de remplacer de tels exemplaires par d'autres, correspondant entièrement à leur niveau de conservation.